Le site est en maintenance, nous revenons bientôt avec de nouvelles formations.

Du port d’arme aux USA

5 septembre

Du port d’arme aux USA

De façon régulière, nous parviennent des Etats-Unis des informations tragiques concernant des tueries perpétrées dans la rue ou l’espace public, et à chaque fois, les petits français que nous sommes ont la même réflexion : “Ils n’ont qu’à interdire les armes“.

Un avis qu’une majorité de français semblent partager, je ne suis pas de ceux-là, et j’expliquerais pourquoi plus tard.

Mais tout d’abord, je voudrais vous expliquer ce qui m’a poussé à aborder ce thème.

Il y a quelques semaines, alors que je naviguais paisiblement sur Facebook, un article partagé par un frère attira mon attention. Il s’agissait d’un fait divers aux USA, où un enfant s’était blessé avec une arme appartenant à ses parents. J’ai consulté les commentaires par curiosité, et qu’elle ne fut pas ma surprise en constatant que la quasi-totalité des gens ayant réagi à l’article se réjouissaient de cette nouvelle, et dans le lot, la plupart étaient des sœurs, donc des mères ou des futures mères de famille.

J’ai été vraiment choqué de voir ça.

Quel niveau de bassesse et de bêtise faut-il atteindre pour en venir à se réjouir d’un mal touchant un enfant ?!

Cela m’a vraiment mis en colère et je ne pouvait le laisser passer.

Il est inutile de préciser que je suis en total désaccord avec la politique extérieure américaine d’hier et d’aujourd’hui, ces fauteurs de troubles sont en grande partie responsables de l’état de guerre permanent dans lequel le monde est plongé depuis tant d’années maintenant, mais ce n’est pas une raison pour tomber dans l’anti-américanisme primaire, jamais je ne confondrais peuple et gouvernement.

De plus, même le gouvernement américain pourrait dans certains domaines donner des leçons à bien des pays, car pour l’avoir constaté de mes yeux, une femme voilée aux Etats-Unis peut très bien exercer son métier sans avoir besoin de se découvrir, même si le travail en question implique d’être en contact avec la clientèle.

Je n’éprouve que dégoût et mépris pour les différents gouvernements va-t-en guerre qui se sont succédés à la tête des USA depuis plusieurs années, en revanche, j’ai beaucoup d’amour et un profond respect pour le peuple américain, du moins pour une partie de ce dernier.

Un peuple qui ressemblait beaucoup à ce qu’était le peuple français, des paysans, attachés à des valeurs simples et dont la vie était essentiellement centrée autour de leur famille.

Un peuple attaché à sa patrie et soucieux de la préservation des textes fondateurs de sa nation, et parmi eux, la constitution et ce fameux 2ème amendement permettant aux citoyens de porter une arme dont voici le texte :

Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé.

Qu’est-ce que cela signifie ? Concrètement, cela veut dire que si il remplit les conditions requises, chaque citoyen peut détenir une ou plusieurs armes à son domicile, mais aussi en porter sur lui.

Quelles sont ces conditions ?

En voici quelques une : ne pas avoir de condamnation pour crime, ne pas avoir un casier relatif à un abus d’alcool ou de drogue, ne pas avoir reçu d’injonction pour violence domestique…

Nous pouvons déjà constater que les USA ne sont pas le Far-West que l’on s’imagine en France, d’autant plus que le nombre de tueries et de victimes restent infime vu le nombre d’armes en circulation, même si une victime est déjà une victime de trop.

Une enquête démontre également que l’écrasante majorité des auteurs de ce genre de tueries étaient accrocs aux médicaments, et pas n’importe lesquels, de puissants psychotropes.

Intéressons nous maintenant au pourquoi de cet amendement.

Originellement les fameux pères fondateurs ont laissés cette liberté au peule afin qu’il se protège d’éventuels abus de pouvoir du gouvernement au cas où ce dernier devienne un jour corrompu, corrupteur, et qu’il menace les libertés individuelles du peuple. Ne voudriez-vous pas être armé si demain votre gouvernement vous obligeais à être à la merci de votre employeur pour une bouchée de pain ? Ne voudriez-vous pas être armé, formé, et prêt à vous défendre si demain votre gouvernement décidait de parquer les citoyens musulmans dans des camps ? Car, et il faut bien que cela soit compris, je ne soutiens ce droit que pour permettre aux gens de se défendre, ni plus, ni moins.

Une arme n’est qu’un objet, un outil, et par définition n’a ni âme, ni conscience, ni notion de bien ou de mal, et comme tout les objets et outils, il est dépendant de celui qui l’utilise, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise arme, il n’y a que des bonnes ou des mauvaises utilisations, des mauvais ou des bons utilisateurs. Et à ceux de ma communauté qui frissonnent à l’idée de tenir une arme dans leurs mains, qui pensent que cela ne peut-être que l’apanage d’un peuple de barbares incultes, je rappelle que si à un moment précis, le prophète Mohammad et ses compagnons n’avaient pas pris les armes dans le simple but…de se défendre ! il n’y aurait peut-être plus de musulmans ni d’islam aujourd’hui. Mais je sais bien que c’est un sujet sensible, car cela revient à apporter de l’eau au moulin des ennemis de l’islam qui dans leurs mensonges clament que la religion musulmane s’est propagée par l’épée. L’islam s’est bel et bien propagé par le livre, mais il s’est préservé par l’épée.

Lorsque que votre vie est menacée, vous n’avez pas d’autre choix que de vous défendre, et avec une arme c’est tout de même beaucoup plus commode. Combien de vies pourraient être sauvées, combien d’agressions, d’attaques, ou même d’attentats pourraient être avortés si nous étions armés ? Bien sûr cela nécessite une législation stricte, une formation poussée, au maniement, et aussi à la connaissance des armes utilisées.

Qu’est-ce que cela changerait dans nos rapports au quotidien ? Les transports en commun, haut lieu d’impolitesse et d’irrespect, ne seraient-ils pas plus tranquilles si nous savions que notre voisin porte peut-être une arme ? Nos sœurs voilés ne seraient-elles pas plus sereines ? Les lâches qui les agressent n’y réfléchiraient-ils pas à deux fois avant de laisser parler leur haine ? Je vous demande d’y réfléchir posément, au lieu d’adopter par réflexe ou conditionnement des positions gauchisantes dictées par l’émotion.